Que choisir entre l’immobilier et l’assurance-vie ?

Vous êtes nombreux à vous demander s’il faudrait investir dans l’immobilier ou dans une assurance-vie. Les deux options vous permettent de bien préparer votre retraite et ont leurs propres avantages et inconvénients. En fait, tout dépend de vos goûts personnels et des effets de la réforme fiscale Macron. Vos placements doivent être stratégiques et être choisis en fonction de votre profil, car le but ici est de réussir à dynamiser votre épargne. Voici quelques pistes pour vous aider à bien placer votre argent !

Immobilier : les changements pour 2018

Le marché de l’immobilier sera marqué par de nombreux changements en 2018. La future loi logement sera effective dans trois ou quatre mois, mais de nombreuses mesures relatives à l’immobilier seront applicables dès janvier.

Disparition progressive de la taxe d’habitation

D’après la promesse de campagne d’Emmanuel Macron, la taxe d’habitation devrait progressivement disparaitre pour 80% des contribuables. Ceux concernés par cette exonération sont les célibataires dont le revenu fiscal annuel de référence est inférieur à 27 000 euros, les couples dont les revenus sont moins de 43 000 euros par an et les couples ayant deux enfants dont les revenus n’excèdent pas les 55 000 euros par an.

Refonte des APL (Aide personnalisée au logement)

Pour 2018, le gouvernement français prévoit la refonte des APL. Les loyers des locataires du parc social et les dépenses publiques seront revus à la baisse. L’objectif est d’étaler la réduction de loyers de solidarité mise en œuvre par les bailleurs sociaux sur 3 ans. Il est bon à savoir qu’à partir du 1er janvier 2018, il n’y aura plus de nouveaux bénéficiaires de l’APL accession.

Ajustement du prêt à taux zéro

Dans les zones A et B1, le prêt à taux zéro est maintenu dans le neuf jusqu’à décembre 2021 avec la même quotité qui est de 40%. En ce qui concerne les zones B2 et C, le PTZ est maintenu pour deux ans, c’est-à-dire jusqu’à décembre 2019 avec une quotité réduite de 20%. Le PTZ est également maintenu sous condition de travaux dans les zones B2 et C jusqu’à fin 2021.

Prolongement de l’investissement Pinel

Autre changement pour 2018 : le prolongement de l’investissement loi Pinel jusqu’au 31 décembre 2021. Les investisseurs qui achètent un logement neuf pour le mettre en location ont jusqu’au 31 décembre 2017 pour déposer leur permis de construire et ont jusqu’au 31 décembre pour authentifier l’acquisition chez un notaire.

Abattement exceptionnel sur les plus-values

Le gouvernent envisage d’encourager la vente de terrains à bâtir en prévoyant un abattement exceptionnel sur les plus-values. On parle de plus-values qui résultent de la cession de terrains à bâtir ou de terrains bâtis. Pour bénéficier de l’abattement, il faut conclure la promesse de vente avant la fin de 2020. Cet abattement sera de 100% pour les cessions réalisées en vue de construire du logement social, de 85% pour du logement intermédiaire et de 70% pour du logement libre.

PEL et CEL : imposables sur le revenu

Les nouveaux PEL (plans d’épargne logement) et CEL (comptes épargne logement) seront imposables sur le revenu à compter du 1er janvier 2018. Ce, dès la première année. On note également que les PEL ouverts avant cette date vont être impactés par la hausse de prélèvements sociaux. Pour en savoir plus sur ces le PEL et le CEL, lisez notre article, quelles différences entre le PEL et le CEL ?

La location d’un meublé touristique

Enfin, il est utile de souligner que depuis le 1er décembre 2017, la location touristique saisonnière est régulée. Paris impose déjà l’enregistrement des locations meublées touristiques. L’année prochaine, il en sera de même à Lyon et à Bordeaux. Les locations types Airbnb et Abritel ne devront pas excéder 120 jours par an à Lyon et en ce qui concerne les autres villes, d’après la future loi logement, elles seront libres de fixer le nombre de jours autorisés.

Le point sur l’assurance-vie en 2018

Voyons d’abord ce qu’est une assurance-vie. L’assurance-vie est un contrat qui permet réaliser un placement financier intéressant. De nombreux Français optent pour ce contrat dans le but de préparer un capital pour la retraite, mais aussi pour garantir des fonds à leurs familles en cas de décès. Le montant de cette assurance peut être placé sur un fond en euros ou sur un contrat multi-supports. Au moment de la souscription du contrat, il faudra déposer un montant minimum qui peut être de quelques dizaines d’euros, par exemple.

Il est possible de retirer les fonds de l’assurance-vie, mais cette opération est sanctionnée par des pénalités. Le principal avantage de ce contrat est que l’impôt sur les revenus ne concerne que les plus-values réalisées. À la fin de votre contrat, vous pourrez bénéficier de la totalité de votre capital ou le prendre de façon fractionnée. Vous pourrez aussi opter pour la rente viagère qui vous permet de recevoir une rente jusqu’à votre décès. Vous pourrez nommer le bénéficiaire de votre choix, un proche ou un héritier direct.

Le projet de loi de finance pour 2018

D’ici la fin de l’année 2017, le projet de loi de finance sera voté par le Parlement. Dans le cadre de ce projet, un prélèvement forfaitaire unique (PFU) entrera en vigueur. Appelé « flat tax », ce prélèvement sera de 30% sur les revenus du capital et s’appliquera sur les placements financiers, c’est-à-dire les plus-values et les contrats d’assurance-vie. Le PFU ne concernera que les rachats.

Les nouveaux taux visent les rachats effectués par un contribuable dont le montant total des contrats d’assurance-vie est supérieur à 150 000 euros. Un montant qui est doublé pour les couples. À noter toutefois que les parlementaires envisagent d’appliquer cette nouvelle fiscalité à tous les contrats d’assurance-vie.

Enfin, le projet Macron prévoit également la disparition de l’ISF. L’impôt de solidarité sur la fortune sera remplacé par l’impôt sur la fortune immobilière. Tous les placements financiers seront exonérés de cet impôt, ce qui fait que l’assurance-vie me fera plus partie de l’impôt sur la fortune. Après le vote fin 2017, la réforme de l’ISF exclura l’assurance-vie de l’assiette de calcul de cet impôt et s’appliquera en 2018.

Quelles stratégies appliquer selon votre âge ?

Les stratégies que vous appliquez doivent être en accord avec votre âge et votre situation. Vous devez également tenir compte des caractéristiques techniques des deux types de placement et opter pour celui qui correspond à vos goûts et au temps que vous disposez pour vos investissements.

À 30 ans, il est préférable d’investir dans l’immobilier. Il peut s’agir d’un appartement, d’une maison, d’un terrain ou de parkings. C’est un des meilleurs réflexes de l’épargnant de cette tranche d’âge. Pour acquérir un patrimoine, il est conseillé de souscrire un prêt à taux fixe, car c’est ce qui permet de mieux maitriser le budget, lisez notamment nos conseils pour négocier au plus juste votre crédit immobilier. En parallèle, il est également recommandé de prendre une assurance-vie et ainsi assurer le placement d’une épargne.

À 40 ans, après l’acquisition d’une résidence principale, faites vos premiers pas dans la location immobilière. Concrètement, il s’agit d’acheter un logement uniquement pour le louer. Vous arriverez alors à réduire vos impôts et à compléter vos revenus à la retraite. L’astuce ici est d’investir dans le neuf et de profiter des avantages de la loi Pinel. Vous pouvez également investir dans un bien ancien qu’il vous faudra rénover. C’est un autre moyen de réduire les impôts tout en économisant de l’argent. En souscrivant un contrat d’assurance-vie, vous vous garantissez un capital à la retraite.

Enfin, à 60 ans, pensez à investir dans l’assurance-vie, car elle est moins taxée que l’immobilier. L’autre solution est d’acquérir des logements locatifs à crédit. Vous arriverez à rembourser les emprunts avec les loyers. L’idéal est de céder certains de vos actifs immobiliers et de ne conserver que votre résidence principale. C’est ce qui vous permettra d’échapper à l’impôt sur la fortune immobilière, c’est-à-dire l’IFI.

En conclusion

La meilleure stratégie pour 2018 est d’investir dans l’immobilier à crédit. Après avoir constitué un capital, vous pourrez rembourser les prêts et vous tourner vers l’assurance-vie. Cette stratégie permet d’avoir des revenus complémentaires peu fiscalisés. Dans tous les cas, définissez la stratégie gagnante pour vous en partant de votre âge et de votre disponibilité.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *